Actualisé: 19 juillet 2024
Nom: Logins Sergey Pavlovich
Date de naissance: 18 septembre 1961
Situation actuelle: Personne condamnée
Article du Code pénal russe: 282.2 (1), 282.3 (1)
Temps passé en prison: 2 jour dans un centre de détention provisoire, 51 jour dans le cadre d’une détention provisoire
Limites actuelles: Contrat d’engagement
Phrase: Peine sous la forme d’une peine de 7 ans d’emprisonnement, avec privation du droit de s’engager dans des activités liées à la direction et à la participation au travail des organisations publiques pendant une période de 3 ans, avec restriction de liberté pour une période de 1 an, la peine sous forme d’emprisonnement sera considérée comme une peine avec sursis avec une période probatoire de 4 ans

Biographie

Le 15 février 2019, l’une des actions d’intimidation les plus massives contre les croyants de l’époque a eu lieu à Surgut (district autonome de Khanty-Mansi). Les forces de sécurité ont fait irruption dans les maisons des habitants de la ville, certains ont été torturés et des poursuites pénales ont été engagées contre 19 personnes. L’un d’eux est Sergueï Loginov. Il a déclaré qu’il avait été torturé dans le bâtiment du Comité d’enquête de Sourgout, après quoi il avait été envoyé dans un centre de détention provisoire. Que sait-on de lui ?

Sergueï est né en 1961 en Bachkirie. Il s’est retrouvé sans ses deux parents très tôt, il s’est occupé de sa tante pendant de nombreuses années jusqu’à sa mort. Depuis l’enfance, il a l’habitude de cultiver la terre. Plus tard, il a reçu la spécialité d’ingénieur en énergie. Il vit à Surgut depuis 30 ans, et la plupart d’entre eux étudient la Bible. Célibataire.

Depuis 2010, Sergey travaille chez TyumenEnergo JSC, où il a les caractéristiques les plus positives. Il a reçu des prix du gouverneur du district autonome de Khanty-Mansi et du ministère russe du Carburant et de l’Énergie.

« Il s’est imposé comme un employé compétent, proactif et compétent », peut-on lire dans la description de Sergey depuis son lieu de travail. - Il a apporté une énorme contribution au développement du secteur de l’énergie de la région du Nord. Grâce à sa participation directe, plus de 60 sous-stations ont été mises en service. Il s’est avéré être un mentor talentueux pour les jeunes. Il a préparé plus d’une génération d’ingénieurs en énergie au travail. Il n’a pas perdu son enthousiasme de travail et maintenant, avec une énergie redoublée, il transmet ses connaissances théoriques et pratiques à la jeune génération de spécialistes engagés dans la protection des relais haute fréquence, en leur transmettant sa riche expérience et ses connaissances professionnelles dans le domaine des caractéristiques de conception des équipements pour les réseaux de distribution et les sous-stations, dans la conduite d’exercices d’urgence et d’incendie. Depuis de nombreuses années, il fonctionne sans accident et ne permet pas de blessures. Son travail a été remarqué à plusieurs reprises par des commandes pour un travail fructueux. Excellent aux examens de qualification. Au sein de l’équipe, il jouit d’un respect bien mérité pour sa rigueur, sa réactivité et son attitude cordiale envers ses collègues.

Historique de l’affaire

En février 2019, le Comité d’enquête a ouvert une procédure pénale contre 18 hommes et 1 femme de Surgut (parmi eux se trouvait un homme confondu avec un Témoin de Jéhovah). Leurs domiciles ont été perquisitionnés. Au cours des interrogatoires, 7 croyants ont été soumis à des violences. Artur Severinchik a été envoyé dans un centre de détention provisoire pendant 29 jours, et Evgueni Fedine et Sergueï Loginov pendant 56 jours. Timofeï Joukov a été illégalement interné dans un hôpital psychiatrique pendant 14 jours. Des croyants se sont plaints de l’usage de la torture auprès du Comité d’enquête, de la CEDH et du Commissaire aux droits de l’homme, une conférence de presse a été organisée avec la participation de défenseurs des droits de l’homme, mais aucun membre des forces de sécurité n’a jamais été traduit en justice. En octobre 2021, les pièces du dossier ont été soumises au tribunal. Le procureur a requis une peine d’emprisonnement de 3 ans et 3 mois à 8,5 ans de prison, et 9,5 ans pour Loginov, ce qui était la peine la plus sévère pour avoir cru en Jéhovah Dieu dans la Russie moderne.