Actualisé: 24 juin 2024
Nom: Fefilov Victor Aleksandrovich
Date de naissance: 3 mars 1962
Situation actuelle: Personne condamnée
Article du Code pénal russe: 282.2 (1), 282.3 (1)
Limites actuelles: Contrat d’engagement
Phrase: peine de 6 ans et 4 mois d’emprisonnement avec restriction de liberté pour une période de 1 an, la peine sous forme d’emprisonnement est considérée comme conditionnelle avec une période probatoire de 3 ans 6 mois

Biographie

Le 15 février 2019, l’une des opérations les plus massives et les plus inhumaines contre les croyants a eu lieu à Sourout et dans plusieurs autres villes du district autonome khanty-mansi. 7 personnes ont déclaré avoir été torturées, 3 personnes ont été détenues pendant une longue période et le nombre total d’accusés dans des affaires pénales a dépassé les 20. L’un d’eux est Viktor Fefilov. Que savons-nous de lui ?

Viktor est né en 1962 dans le village d’Uinskoye (territoire de Perm). Ses parents ne sont plus en vie, mais ils ont trois frères et sœurs. Enfant, Victor aimait être dans la nature et observer le monde animal. Après avoir obtenu son diplôme d’études secondaires, il est entré à l’école, où il a reçu le métier de tourneur universel. Plus tard, il a travaillé comme chauffeur. En raison de difficultés économiques, il a été contraint de déménager à Surgut pour travailler. Pendant longtemps, il s’est adonné à ses activités favorites : la chasse et la pêche.

Victor a rencontré sa femme Natalia en 1996, un an plus tard, ils se sont mariés. Natalia est une épouse attentionnée et aimante. Elle a été la première de la famille à s’intéresser aux vérités de la Bible. Plus tard, Victor l’a rejointe, trouvant dans la Bible des réponses aux questions qui l’inquiétaient depuis de nombreuses années : pourquoi y a-t-il tant de mal et d’injustice dans le monde ? Pourquoi les guerres sont-elles bénies ?

Les parents et les amis de Viktor et Natalia sont indignés par ce qui se passe. Il leur est difficile de comprendre pourquoi des personnes éprises de paix sont poursuivies.

Historique de l’affaire

En février 2019, le Comité d’enquête a ouvert une procédure pénale contre 18 hommes et 1 femme de Surgut (parmi eux se trouvait un homme confondu avec un Témoin de Jéhovah). Leurs domiciles ont été perquisitionnés. Au cours des interrogatoires, 7 croyants ont été soumis à des violences. Artur Severinchik a été envoyé dans un centre de détention provisoire pendant 29 jours, et Evgueni Fedine et Sergueï Loginov pendant 56 jours. Timofeï Joukov a été illégalement interné dans un hôpital psychiatrique pendant 14 jours. Des croyants se sont plaints de l’usage de la torture auprès du Comité d’enquête, de la CEDH et du Commissaire aux droits de l’homme, une conférence de presse a été organisée avec la participation de défenseurs des droits de l’homme, mais aucun membre des forces de sécurité n’a jamais été traduit en justice. En octobre 2021, les pièces du dossier ont été soumises au tribunal. Le procureur a requis une peine d’emprisonnement de 3 ans et 3 mois à 8,5 ans de prison, et 9,5 ans pour Loginov, ce qui était la peine la plus sévère pour avoir cru en Jéhovah Dieu dans la Russie moderne.