Actualisé: 23 février 2024
Nom: Barmakin Dmitriy Viktorovich
Date de naissance: 30 mai 1974
Situation actuelle: Personne condamnée
Article du Code pénal russe: 282.2 (1)
Temps passé en prison: 2 jour dans un centre de détention provisoire, 565 jour dans le cadre d’une détention provisoire
Limites actuelles: Centre de détention provisoire
Phrase: Peine sous forme de 8 ans d’emprisonnement avec purge dans une colonie pénitentiaire de régime général, avec restriction de liberté pour une période de 1 an
Actuellement détenu à: Detention Center No.1 for Primorye Territory
Adresse de correspondance: Barmakin Dmitriy Viktorovich, 1974 born, Detention Center No.1 for Primorye Territory, Partizansky prospekt, 28 B, Vladivostok, Primorye Territory, 690106

Les lettres d’appui peuvent être envoyées par la poste ou par le biais du «FSIN-letter system». Pour payer le service avec la carte d’une banque étrangère, utilisez Prisonmail.

Remarque : il est interdit de discuter de sujets liés aux poursuites pénales dans les lettres. Les langues autres que le russe ne passeront pas.

Biographie

Dmitry Barmakin est né en 1974 sur la côte de la mer Noire, à Aloushta (Crimée). À l’âge de 10 ans, il a perdu sa mère et son père a élevé seul son fils. Depuis l’enfance, il était curieux, nageait bien et aimait lire. En huitième année, j’ai acheté une Bible avec l’argent que j’avais gagné pendant les vacances. L’aspect pratique des conseils bibliques convainquit Dimitri qu’on pouvait faire confiance à cet ancien livre.

Après avoir obtenu son diplôme d’école professionnelle, Dmitry a obtenu un diplôme de cuisinier. Plus tard, il a obtenu son diplôme de programmation à Kaliningrad et a travaillé comme programmeur et opérateur CNC. L’entreprise s’est imposée comme un employé responsable et honnête, une personne toujours prête à aider.

Dmitry a rencontré sa femme Elena à Bakhchisarai en 2003. Et trois ans après leur rencontre, ils se sont mariés. Ensemble, ils ont pris soin du père malade de Dmitry pendant plusieurs années, jusqu’à sa mort. En 2017, la famille a déménagé à Vladivostok pour aider les parents et la grand-mère de Yelena. Elena a un travail créatif, elle est photographe. La passion de Dmitry pour la photographie lui a également été transmise. De plus, il crée avec succès des programmes informatiques. Le couple adore voyager, ensemble ils ont voyagé autour de la Crimée, de l’Extrême-Orient, photographiant la mer, la nature, les animaux. Ils ont beaucoup d’amis fidèles et de bonnes connaissances, qu’ils ont acquis au fil des années de vie conjugale.

Depuis le 28 juillet 2018, Dmitriy et Elena sont séparés – Dmitriy a été arrêté pour avoir professé sa foi, qui est essentiellement garantie par la Constitution à toute personne en Russie. La femme vit douloureusement la séparation d’avec son mari bien-aimé. Et pour les proches d’Elena, l’arrestation de Dmitry est une véritable tragédie, car les époux ont fourni une assistance physique à beaucoup d’entre eux, y compris à leur grand-mère de 93 ans. Ils ne comprennent pas pourquoi une personne honnête et respectable s’est retrouvée derrière les barreaux.

Un bref historique de l’affaire

Dmitry Barmakin est venu de Crimée à Vladivostok pour s’occuper de sa belle-mère malade et de sa mère âgée. En juillet 2018, des agents des forces de l’ordre masqués et armés ont fait irruption dans leur maison pour les perquisitionner. Dmitriy a été arrêté et il a passé un an et demi en prison. Le juge a renvoyé l’affaire pénale au procureur en raison de l’ambiguïté des accusations. En avril 2021, l’affaire a de nouveau été portée devant les tribunaux, et 7 mois plus tard, le juge Stanislav Salnikov a acquitté totalement Dmitry Barmakin. En avril 2022, le tribunal régional a annulé ce verdict et renvoyé l’affaire pour un nouveau procès. En conséquence, le croyant a été condamné à 8 ans de prison. En août 2023, un appel a également annulé ce verdict, libéré Barmakin et renvoyé l’affaire pour un troisième procès devant le tribunal de première instance. Cette décision a fait l’objet d’un appel par le procureur, et la cassation a renvoyé l’affaire devant une autre chambre de la cour d’appel, qui a confirmé la peine de culpabilité : 8 ans dans une colonie pénitentiaire.